Archius per categoria: conferéncia

DMOO 2013-2014: 1

Dimècres 23 d’octòbre de 2013 – 18:30

Ángels MASSIP (Universitat de Barcelona)

Les aportacions del projecte Scripta al coneixement de la història de la llengua i de les varietats històriques i actuals

*

En aquesta conferència Ángels Massip farà una síntesi de les dades que ens aporten els textos balears (eivissencs, menorquins i mallorquins), un corpus de fragments de textos seleccionats en funció del seu interès lingüístic que van del segle XIV al segle XXI. Els cinc-cents seixanta-set textos ofereixen una àmplia perspectiva de la llengua escrita a Eivissa, Menorca i Mallorca – i a través de l’escrit, de l’oralitat de cada època. Presenten temàtiques i gèneres tan diversos com poden ser les rondalles, els inventaris, els testaments, els sermons, la lexicografia o el teatre popular. El valor d’aquestes obres (vegeu-ne referènccies més avall) resideix precisament en la gran quantitat de textos recollits, que van acompanyats d’una anàlisi exhaustiva i precisa de les  característiques gràfiques (a través de les quals es reflecteixen les fonètiques), morfològiques, sintàctiques i lèxiques més remarcables de cada text.

*

Doctora en filologia catalana per la Universitat de Barcelona (1994), on es va llicenciar a més en Filologia Hispànica (1986), Ángels MASSIP es professora titular de filologia catalana en aquesta mateixa Universitat.

En l’àmbit de recerca s’ha dedicat a la Dialectologia catalana (projecte  » Diatopía i canvi lingüístic. Scripta i variació dialectal « ) a la Lingüística històrica (participa en el projecte d’elaboració d’una Sintaxi Històrica de la Llengua Catalana, coordinat per la Universitat de València i la Universitat d’Alacant).

Ha publicat llibres i articles que tracten de temes entorn de la variació lingüística, de la història de la llengua, de la dialectologia, de la sociolingüística i de la teoria de la complexitat.

Mercredi 23 octobre 2013 – 18:30

Ángels MASSIP (Universitat de Barcelona)

Les apports du projet Scripta à la connaissance de l’histoire de la langue et des variétés historiques et actuelles

 Lors de cette conférence, Ángels Massip présentera une synthèse des données que nous permettent de recueillir les textes baléares (Ibiza, Minorque et Majorque), un corpus de fragments de textes sélectionnés en fonction de leur intérêt linguistique du XIVe au XXIe siècle. Ces 567 textes offrent un vaste panorama de la langue écrite à Ibiza, Minorque et Majorque – et, à travers l’écrit – de l’oralité de chaque époque. Ils relèvent de thématiques et de genres aussi divers que les rondalles, les inventaires après décès, les testaments, les sermons, la lexicographie ou le théâtre populaire. La valeur de ces documents réside précisément dans la grande quantité de textes recueillis. Ils sont accompagnés d’une analyse exhaustive et précise des caractéristiques graphiques (à traver lesquelles se reflètent les caractéristique phonétiques), morphologiques, syntaxiques et lexicales les plus remarquables de chaque texte.

 

Docteure en philologie catalane de l’Universitat de Barcelona (1994) où elle obtenu une licence de philologie hispanique (1986), Ángels MASSIP est professeure titulaire de philologie catalane en cette même université.

Au niveau de la recherche, elle se consacre à la dialectologie catalane (projet « Diatopie et changement linguistique. Scripta et variation dialectale »), à la linguistique historique (elle participe au projet d’élaboration d’une Syntaxe Historique de la Langue Catalane, coordonné par les Universités de Valence et d’Alicante).

Elle a publié des livres et des articles qui traitent de thèmes autour de la variation linguistique, de l’histoire de la langue, de la dialectologie, de la sociolinguistique et de la théorie de la complexité.

Conferéncia « Los Dimècres del Miralh a l’Ostal d’Occitanià »

Conferéncia « Los Dimècres del Miralh a l’Ostal d’Occitanià »

Dimècres 17 d’abrial de 2013 – 18:30

Ostal d’Occitània – Siti Malcosinat
11 carrièra Malcosinat
31 000 Tolosa

D’especialistas d’universitats francesas, europèa o americanas venon, un còp per mes, presentar lor darrièrs trabalh sus la lenga, l’istòria o la literatura occitanas. Aquelas encontras, obèrtas a tots, son organizadas per l’Universitat de Tolosa II lo Miralh(departament de letras modernas, Cinema e Occitan) amb lo sosten del CELO (Centre d’Estudi de la Literatura Occitana), del CREO-MP (Centre Regional per l’Ensenhament de l’Occitan en Miègjorn Pirenèus) e de la Region Miègjorn Pirenèus.

Fausta GARAVINI (Universitat de Floréncia, Itàlia)

Montaigne occitan

A partir del passatge des Essais :

« Mon langage français est altéré, et en la prononciation et ailleurs, par la barbarie de mon cru [...] Si n’est-ce pas pour être fort entendu en mon Périgourdin: car je n’en ai non plus d’usage que de l’Allemand. Et ne m’en chaut guère. C’est un langage [...] brode, traînant, esfoiré  » Il y a bien au-dessus de nous, vers les montagnes, un Gascon que je trouve singulièrement beau, sec, bref, signifiant, et à la vérité un langage mâle et militaire plus qu’autre que j’entende. [c] Autant nerveux, puissant et pertinent comme le Français est gracieux, délicat et abondant » (Essais, II,17).

Fausta Garavini assajarà de definir la posicion linguistica de Montaigne entre l’occitan, lo latin e lo francés, en particular en explicar son actitud cap a de formas de l’occitan que podiá conéisser: lo peirigordin que refusa e que declara ignorar (declaracion messorguièra) e lo gascon qu’admira.

Conferéncia DMOO

Conferéncia DMOO

Ostal d’Occitània (11, carrièira Malcosinat, M° Esquiròl)

Dimècres 10 d’octòbre de 2012 – 18:30

Alan VIAUT (CNRS)

Lengas minoritàrias e espaci en Euròpa : los marges linguistics territorials

Las lengas minoritàrias en Euròpa, o las que i son en situacion minoritària, dintran dins mantuna categoria. De la que relèva de l’estatut legal e que compren de lengas que benefician d’un regim d’oficialitat a las que fan pas l’objècte que d’una proteccion simbolica. Entre las autras categorias, n’i a una que, ligada al paramètre espacial, abraça de lengas d’implantacion territoriala « istorica » o las que son identificadas coma estent « desprovesidas de territòri ». Lo ligam a un territòri, de segur relatiu e en evolucion al jorn de uèi, coneis de sota-categorias dont la del marge territorial.

Lo marge linguistic territorial, a rapòrt d’una frontièra politica, dins lo continuum d’un airal de lenga centrat endacòm mai, pòt èstre caracteristic d’una expression linguistica en particular (per ex. l’alsacian, dialècte en quista d’identitat) coma èstre lo cas de mantunas lengas a divèrses gras (per ex. lo catalan en Aragon e en França, l’italian en Soïssa, l’alemand en Itàlia). La situacion marginala provedissent ela-meteissa la minorisacion, pòt tanben èstre a l’origina siá d’un movement identitari que visa a gomar aquel efièch de marge (per ex. lo moldau que se sarra de la fauda romanesa) siá a la basa d’una autonomisacion linguistica (per ex. los cases complèxes del carelian en Russia e del kven en Norvègia a rapòrt del finés, o tanben del rutèn). Lo marge territorial pòt tanben favorisar de procèsses d’elaboracion linguistica mas pòt tanben favorisar un declin (per ex. l’eslovèn en Àustria) o èstre una referéncia positiva pel demai del domeni linguistic concernit (per ex. l’occitan dins la Val d’Aran). Dins totes los cases, la configuracion e l’istòria pròpria del marge an una incidéncia significativa sus la vida d’una lenga minoritària, siá qu’aquesta i tròbe un contèxt mens propici que dins lo demai de son airal siá que i tròbe de condicions de còps mai favorablas.

Alain Viaut es linguista, cercaire al CNRS. Es medoquin e bordalés, e occitanofòn. S’es mai que mai especialisat dins lo camp disciplinari de la sociolinguistica. Sas recercas pòrtan en particular sus la tematica de las lengas en situacion minoritària, notadament a l’entorn de nocions que lor son aplicablas (territòri e marge linguistics, categorisacion, besonh linguistic, etc.). S’es tanben interessat als procèsses de revitalisacion linguistica a partir de l’escrich en s’apojant sul cas de l’occitan, a partir tanben dels efièches dirèctes o indirèctes induches per la mesa en aplicacion de la Carta europenca de las lengas regionalas o minoritàrias del Conselh d’Euròpa.

Conférence DMOO

Ostal d’Occitània (11, rue Malcousinat, M° Esquirol)

Mercredi 10 octobre 2012 – 18:30

Alain VIAUT (CNRS)

Langues minoritaires et espace en Europe : les marges linguistiques territoriales

Les langues minoritaires en Europe, ou celles qui y sont en situation minoritaire, entrent dans plusieurs catégories. De celle qui relève du statut légal et qui comprend des langues qui bénéficient d’un régime d’officialité à celles qui ne font l’objet que d’une protection symbolique. Parmi les autres catégories, il en est une qui, liée au paramètre spatial, embrasse des langues à implantation territoriale « historique » ou encore celles qui sont identifiées comme étant « dépourvues de territoire ». Le lien à un territoire, certes relatif et en évolution de nos jours, connaît des sous-catégories dont celle de la marge territoriale.

La marge linguistique territoriale, par rapport à une frontière politique, dans le continuum d’une aire de langue centrée ailleurs, peut être caractéristique d’une expression linguistique en particulier (par ex. l’alsacien, dialecte en quête d’identité) comme être le lot de nombreuses langues à divers degrés (par ex. le catalan en Aragon et en France, l’italien en Suisse, l’allemand en Italie). La situation marginale étant par elle-même pourvoyeuse de minorisation, elle peut également être à l’origine soit d’un mouvement identitaire visant à gommer cet effet de marge (par ex. le moldave se rapprochant du giron roumain) soit à la base d’une autonomisation linguistique (par ex. les cas complexes du carélien en Russie et du kven en Norvège par rapport au finnois, ou aussi du ruthène). La marge territoriale peut ainsi favoriser des processus d’élaboration linguistique mais elle peut également favoriser un déclin (par ex. le slovène en Autriche) ou être une référence positive pour le reste du domaine linguistique concerné (par ex. l’occitan dans le Val d’Aran). Dans tous les cas, la configuration et l’histoire propre de la marge ont une incidence significative sur la vie d’une langue minoritaire, soit que celle-ci y trouve un contexte moins propice que dans le reste de son aire soit qu’elle y trouve des conditions parfois plus favorables.

Alain Viaut est linguiste, chercheur au CNRS. Il est méqoquin et bordelais, et occitanophone. Il s’est surtout spécialisé dans le champ disciplinaire de la sociolinguistique. Ses recherches portent en particulier sur la thématique des langues en situation minoritaire, notamment autour de notions qui leur sont applicables (territoire et marge linguistiques, catégorisation, besoin linguistique, etc.). Il s’est également intéressé aux processus de revitalisation linguistique à partir de l’écrit en prenant appui sur le cas de l’occitan, à partir aussi des effets directs ou indirects induits par la mise en application de la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires du Conseil de l’Europe.

Conferéncia DMOO

Dimècres 4 d’abril de 2012 – 18 – 30

Ostal d’Occitània – 11, carrièira Malcosinat – Tolosa (M° Esquiròl)

Clara TORREILLES (Universitat de Montpelhièr III)

Los escriches de l’abat Renat Séguier sus las mors e la lenga de las Cevenas a la debuta del sègle XVIII

Renat Séguier (1705-1766) es lo fraire cabdèt de Joan-Francés Séguier, botanista celèbre e « antiquari » nimesenc que sa reputacion s’espandissiá plan al-delà de las frontièiras del reialme. Prior curat de Sant Joan de Valeriscle, vilatge cevenòl, pendent 34 ans, l’abat Séguier laissèt una òbra de pas negligir, plan mai importanta que la qu’aviá descricha J. Bauquier dins son estudi sus « Les Provençalistes du XVIIIe siècle » (1880). Una correspondéncia abondosa vesina amb una descripcion de las mors de las Cevenas (1749), de reviradas divèrsas en francés, mas tanben un assag de diccionari e de gramatica de « la lenga del país » coma tanben de reviradas de poètas grècs dins aquela lenga qu’entrepren de defendre e d’illustrar.

La parucion imminenta d’una edicion critica d’una part dels tèxtes de l’abat per François Pugnière e Clara Torreilles baila l’escasença d’abordar tota la complexitat dels ligams qu’unisson cultura populara e cultura sabenta dins la França dels Lums.

Clara TORREILLES ensenhèt la literatura occitana a l’Universitat Pau Valéry (Montpelhièr III) e ocupèt fins a 2008 las fonccions d’Inspector Pedagogic Regional al rectorat de Montpelhièr per l’ensenhament de l’occitan. Son domeni de recerca es la literatura occitana modèrna e contemporanèa. Publiquèt d’articles sus l’escritura occitana dins la primièira mitat del sègle XIX e en particulier sur Jasmin (édition de « Mous Soubenis » e « Noubèls Soubenis » dans Mémoires de Pauvres, dir. P.Gardy & P.Martel, GARAE Hésiode, 2009). Tanben publiquèt suls grands autors del sègle XX coma Max Roqueta, Bernat Manciet (Revista Europe n°950-951 et 971), Robèrt Lafont (Imatges e votz, anthologie bilingue, CRDP Montpellier, 2011). Actualament a la retirada, es responsabla de l’edicion pedagogica en occitan al CRDP de Montpelhièr e cò-capredactora despuèi 20 ans de la revista Lenga e País d’Òc.

***

Conférence DMOO

Maison de l’Occitanie – 11, rue Malcousinat – Toulouse (M° Esquirol)

Mercredi 2 mai 2012 – 18:30

Claire TORREILLES (Université de Montpellier III)

Les écrits de l’abbé René Séguier sur les mœurs et la langue des Cévennes au début du XVIIIe siècle

René Séguier (1705-1766) est le frère cadet de Jean-François Séguier, célèbre botaniste et « antiquaire » nîmois dont la réputation s’étendait bien au-delà des frontières du royaume. Prieur curé de Saint-Jean-de-Valériscle, village cévenol, pendant 34 ans, l’abbé Séguier a laissé une œuvre non négligeable, bien plus importante que celle qu’avait décrite J. Bauquier dans son étude sur « Les Provençalistes du XVIIIe siècle » (1880). Une abondante correspondance côtoie une description des mœurs des Cévennes (1749), des traductions diverses en français, mais aussi un essai de dictionnaire et de grammaire de « la langue du pays » ainsi que des traductions de poètes grecs dans cette langue qu’il entreprend de défendre et d’illustrer.

La prochaine parution d’une édition critique d’une partie des textes de l’abbé par François Pugnière et Claire Torreilles donne l’occasion d’aborder toute la complexité des liens unissant culture populaire et culture savante dans la France des Lumières.

*

Claire TORREILLES a enseigné la littérature occitane à l’Université Paul Valéry (Montpellier III) et occupé jusqu’en 2008 les fonctions d’Inspecteur Pédagogique Régional au rectorat de Montpellier pour l’enseignement de l’occitan. Son domaine de recherche est la littérature occitane moderne et contemporaine. Elle a publié de nombreux articles sur l’écriture occitane dans la première moitié du XIXe siècle et en particulier sur Jasmin (édition de « Mous Soubenis » et « Noubèls Soubenis » dans Mémoires de Pauvres, dir. P.Gardy & P.Martel, GARAE Hésiode, 2009). Elle a également publié sur les grands auteurs du XXe siècle comme Max Rouquette, Bernard Manciet (Revue Europe n°950-951 et 971), Robert Lafont (Imatges e votz, anthologie bilingue, CRDP Montpellier, 2011). Actuellement à la retraite, elle est responsable de l’édition pédagogique en occitan au CRDP de Montpellier et co-rédactrice en chef depuis 20 ans, de la revue Lenga e País d’Òc.

Conferéncia sus l’ensenhament de l’occitan a l’universitat italiana (28 de març de 2012)

Conferéncia DMOO

Ostal d’Occitània – 11, carrièra Malcosinat – Tolosa (M° Esquiròl)

Dimècres 28 de març de 2012 – 18:30

Giovanni AGRESTI (Università di Teramo)

L’ensenhament de l’occitan dins las universitats italianas : istoric, estat dels luòcs, perspectivas

seguit de la projeccion del film

Arte del Viaggio, Arte dell’Incontro. 2nd Festenal de las Literaturas minoritàrias d’Euròpa e de la Mediterranèa

Malgrat d’excepcions remarcablas, e sens téner compte de l’importanta tradicion d’estudis dins lo domeni de la filologia romanica – tot particularament per çò que tòca a l’estetica dels trobadors –, l’ensenhament en Itàlie de la lenga e de la literatura occitanas contemporanèas, non previst de jure, es de facto substantialament inexistent.

D’efièch, la màger part dels francizants italians an ni la coneissença, ni la capacitat, ni enfin la volontat d’integrar la compausanta d’òc dins lors corses de lenga o literatura francesa. O alara, quand es plan lo cas, acaban que reconduson los mecanismes ideologics franco-franceses de la dominància, per exemple en assimilar Mistral a l’univèrs de las letras francesas tot en gomar e mai escafar son identitat linguistica provençala incontornabla.

Un còp establit l’estat dels luòcs de la question, assajarem de prepausar qualques formas alternativas d’ensenhament per tal de promòure l’occitan, notadament en cò de las joves generacions. Demèst aquelas formas de mesa en valor figura lo cinèma, qu’a la fòrça de donar un relèu formidable a de realitats « menores » e doncas, d’aquí estant, de motivar les comunitats implicadas per torn.

*

Giovanni AGRESTI es cercaire de linguistica francesa a l’Universitat de Teramo. Despuèi 1994 s’ocupa tanben de lenga e de literatura occitanas contemporanèas, que lor consagrèt son memòri de mestriá (1997) coma tanben mantuns articles publicats dins de revistas (dont Oc) o presentats pendent de collòquis internationals. Publiquèt dos estudis en volum : Il Segno del desiderio. Introduzione alla letteratura occitana contemporanea, Cuneo, Ousitanio vivo, 1999 e Parcours linguistiques et culturels en Occitanie (1996-2006), Roma, Aracne, 2006. Establiguèt l’Anthologie de la nouvelle écriture occitane (1980-2000), Paris, Le Temps des Cerises / Montpeyroux, Jorn, 2004.

Conférence DMOO

Maison de l’Occitanie – 11, rue Malcousinat – Toulouse (M° Esquirol)

Mercredi 28 mars 2012 – 18:30

Giovanni AGRESTI (Università di Teramo)

L’enseignement de l’occitan dans les universités italiennes : historique, état des lieux, perspectives

suivi de la projection du film

Arte del Viaggio, Arte dell’Incontro. 2e Festival des Littératures minoritaires d’Europe et de la Méditerranée

Malgré de remarquables exceptions, et sans tenir compte de l’importante tradition d’études dans le domaine de la philologie romane – tout particulièrement en ce qui concerne l’esthétique des troubadours –, l’enseignement en Italie de la langue et de la littérature occitanes contemporaines, non prévu de jure, est de facto substantiellement inexistant.

En effet, la plupart des francisants italiens n’a ni la connaissance, ni la capacité ni enfin la volonté d’intégrer la composante d’oc dans leurs cours de langue ou littérature française. Ou alors, quand c’en est bien le cas, ils finissent par reconduire les mécanismes idéologiques franco-français de la dominance, par exemple en assimilant Mistral à l’univers des lettres françaises tout en gommant voire effaçant son incontournable identité linguistique provençale.

Une fois établi l’état des lieux de la question, nous tâcherons de proposer quelques formes alternatives d’enseignement afin de promouvoir l’occitan notamment chez les jeunes générations. Parmi ces formes de mise en valeur figure le cinéma, qui a la force de donner un formidable relief à des réalités « mineures » et donc, par là, de motiver les communautés à tour de rôle impliquées.

*

Giovanni AGRESTI est chercheur de linguistique française à l’Université de Teramo. Depuis 1994 il s’occupe également de langue et littérature occitanes contemporaines, auxquelles il a consacré son mémoire de maîtrise (1997) ainsi que plusieurs articles publiés dans des revues (dont Oc) ou présentés lors de colloques internationaux. Il a publié deux études en volume : Il Segno del desiderio. Introduzione alla letteratura occitana contemporanea, Cuneo, Ousitanio vivo, 1999 et Parcours linguistiques et culturels en Occitanie (1996-2006), Roma, Aracne, 2006. Il a établi l’Anthologie de la nouvelle écriture occitane (1980-2000), Paris, Le Temps des Cerises / Montpeyroux, Jorn, 2004.

Conferéncia sus l’aranés (Tolosa, 2 de novembre de 2011)

Conferéncia DMOO

Ostal d’Occitània – 11, carrièra Malcosinat – Tolosa (M° Esquiròl)

Dimècres 2 de novembre de 2011 – 18:30

Aitor CARRERA BAIGET (Universitat de Lhèida)

Er occitan dera Val d’Aran : caracterizacion lingüistica, fragmentacion dialectau e afinitats territoriaus

Qué ei er aranés? Maugrat que i a agut un nombre important de lingüistes que se son interessats per occitan dera Val d’Aran (Schädel, Sarrieu, Séguy, Coromines, Winkelmann…), aquera qüestion non ei pas aisida a arrespóner. Aumens que n’i a quauqui uns que – ath nòste vejaire – non l’an pas arresponut coma cau. Era Val d’Aran qu’ei eth solet territòri occitan estacat politicaments ar Estat espanhòu, mès er aranés non ei pas ua varietat lingüistica individualizada, e tanpòc non ei ua modalitat de gascon guaire diferenta des der aute costat dera frontèra francoespanhòla, sustot se deisham de costat es conseqüéncies qu’era interferéncia lingüistica der espanhòu e deth catalan a sus es estructures e eth vocabulari autoctòns. Çò qu’aperam aranés qu’ei un ensemble de parlars gascons qu’an uns arrepòrts fòrça estrets damb eth gascon de Comenge e eth de Coserans. De hèt, er aranés non existís d’un punt de vista dialectologic: es parlars dera partida baisha d’Aran que son vesins des comengesi, e es dera partida nauta qu’an caracteristiques comunes damb es parlars coseranesi, deth temps qu’era zòna centrau causís de còps es solucions baish-araneses e de còps es naut-araneses. Aquerò qu’a implicacions importantes sus era codificacion e era elaboracion der occitan dera Val d’Aran, e sus eth sòn procèssus de convergéncia damb er estandard regionau gascon. Quin ròtle cau que jògue er aranés en procèssus de fixacion d’aqueth estandard regionau? Que sajaram tanben d’arresponé’c.

*

Aitor CARRERA qu’ei professor de lenga e linguistica occitanes ar’Universitat de Lhèida (Catalonha). Qu’a publicat fòrça articles sus dialectologia, sociolingüistica, gramatica e toponimia occitanes en volums monografics e en revistes especializades, e qu’a participat en nombroses amassades scientifiques, a on a exposat es resultats de diuèrses arrecèrques sus er occitan, e mès que mès sus es parlars gascons des Pirenèus.

Petita bibliografia ligada ath subjècte dera conferéncia :

Carrera, Aitor (2011): L’occità. Gramàtica i diccionari bàsics (occità referencial i aranès). Lhèida: Pagès Editors. Web:http://www.pageseditors.com/CAT/llibre_milenio2.asp?id=47&id_llibre=1655

Carrera, Aitor (2008): Entre duès frontères. Estudis de lingüistica occitana. Lhèida: Pagès Editors. Web:http://www.pageseditors.com/CAT/llibre_milenio2.asp?id=47&id_llibre=1397

Carrera, Aitor (2007): Gramatica aranesa. Lhèida: Pagès Editors. Prològ de Joan Solà. Web: http://www.pageseditors.com/CAT/llibre_milenio2.asp?id=47&id_llibre=1394

Conférence DMOO

Maison de l’Occitanie – 11, rue Malcousinat – Toulouse (M° Esquirol)

Mercredi 2 novembre 2011 – 18:30

Aitor CARRERA BAIGET (Universitat de Lleida)

L’occitan du Val d’Aran : caractérisation linguistique, fragmentation dialectale et affinités territoriales

Qu’est-ce que l’aranais ? Bien qu’il y ait eu un nombre important de linguistes qui se sont interessés à l’occitan du Val d’Aran (Schädel, Sarrieu, Séguy, Coromines, Winkelmann…), il n’est pas facile de répondre à cette question. En tout cas, certains – à notre avis – n’y ont pas répondu de façon satisfaisante. Le Val d’Aran est le seul territoire occitan inclus politiquement dans l’État espagnol, mais l’aranais n’est pas une variété linguistique individualisée, pas plus qu’il ne représente une modalité de gascon différente de celles qu’on trouve de l’autre côté de la frontière franco-espagnole, surtout si on laisse de côté les conséquences qu’a eu sur ses structures et sur le vocabulaire autochtone l’interference linguistique de l’espagnol et du catalan. Ce que nous apelons aranés, c’est un ensemble de parlers gascons qui présentent des rapports très étroits avec le gascon de Comminges et avec celui du Coserans. De fait, l’aranais n’existe pas d’un point de vue dialectologique : les parlers de la partie basse de la vallée sont voisins des parlers commingeois, et ceux de la partie supérieure présentent des caractéristiques communes avec les parlers couseranais, tandis que la zone centrale choisit des solutions tantôt bas-aranaises, tantôt haut-aranaises. Ceci a des implications importantes sur la codification et l’élaboration de l’occitan du Val d’Aran et sur le processus de convergence avec le standard régional gascon. Quel rôle l’aranais peut-il jouer dans ce processus de fixation du standard régional ? À cette question également, nous essaierons de répondre.

*

Aitor CARRERA est professeur de langue et linguistique occitanes à l’Université de Lérida (Lleida, Catalogne). Il a publié de nombreux articles de dialectologie, sociolinguistique, grammaire et toponymie occitanes en volumes monographiques et dans des revues specialisées et il a participé à de nombreuses rencontres scientifiques où il a exposé les resultats de diverses recherches sus l’occitan et surtout sur les parlers gascons des Pyrénées.

Petite bibliographie liée au sujet de la conférence :

Carrera, Aitor (2011): L’occità. Gramàtica i diccionari bàsics (occità referencial i aranès). Lhèida: Pagès Editors. Web:http://www.pageseditors.com/CAT/llibre_milenio2.asp?id=47&id_llibre=1655

Carrera, Aitor (2008): Entre duès frontères. Estudis de lingüistica occitana. Lhèida: Pagès Editors. Web:http://www.pageseditors.com/CAT/llibre_milenio2.asp?id=47&id_llibre=1397

Carrera, Aitor (2007): Gramatica aranesa. Lhèida: Pagès Editors. Prològ de Joan Solà. Web:http://www.pageseditors.com/CAT/llibre_milenio2.asp?id=47&id_llibre=1394