Archius mensuals: octobre 2012

Conferéncia DMOO

Conferéncia DMOO

Ostal d’Occitània (11, carrièira Malcosinat, M° Esquiròl)

Dimècres 10 d’octòbre de 2012 – 18:30

Alan VIAUT (CNRS)

Lengas minoritàrias e espaci en Euròpa : los marges linguistics territorials

Las lengas minoritàrias en Euròpa, o las que i son en situacion minoritària, dintran dins mantuna categoria. De la que relèva de l’estatut legal e que compren de lengas que benefician d’un regim d’oficialitat a las que fan pas l’objècte que d’una proteccion simbolica. Entre las autras categorias, n’i a una que, ligada al paramètre espacial, abraça de lengas d’implantacion territoriala « istorica » o las que son identificadas coma estent « desprovesidas de territòri ». Lo ligam a un territòri, de segur relatiu e en evolucion al jorn de uèi, coneis de sota-categorias dont la del marge territorial.

Lo marge linguistic territorial, a rapòrt d’una frontièra politica, dins lo continuum d’un airal de lenga centrat endacòm mai, pòt èstre caracteristic d’una expression linguistica en particular (per ex. l’alsacian, dialècte en quista d’identitat) coma èstre lo cas de mantunas lengas a divèrses gras (per ex. lo catalan en Aragon e en França, l’italian en Soïssa, l’alemand en Itàlia). La situacion marginala provedissent ela-meteissa la minorisacion, pòt tanben èstre a l’origina siá d’un movement identitari que visa a gomar aquel efièch de marge (per ex. lo moldau que se sarra de la fauda romanesa) siá a la basa d’una autonomisacion linguistica (per ex. los cases complèxes del carelian en Russia e del kven en Norvègia a rapòrt del finés, o tanben del rutèn). Lo marge territorial pòt tanben favorisar de procèsses d’elaboracion linguistica mas pòt tanben favorisar un declin (per ex. l’eslovèn en Àustria) o èstre una referéncia positiva pel demai del domeni linguistic concernit (per ex. l’occitan dins la Val d’Aran). Dins totes los cases, la configuracion e l’istòria pròpria del marge an una incidéncia significativa sus la vida d’una lenga minoritària, siá qu’aquesta i tròbe un contèxt mens propici que dins lo demai de son airal siá que i tròbe de condicions de còps mai favorablas.

Alain Viaut es linguista, cercaire al CNRS. Es medoquin e bordalés, e occitanofòn. S’es mai que mai especialisat dins lo camp disciplinari de la sociolinguistica. Sas recercas pòrtan en particular sus la tematica de las lengas en situacion minoritària, notadament a l’entorn de nocions que lor son aplicablas (territòri e marge linguistics, categorisacion, besonh linguistic, etc.). S’es tanben interessat als procèsses de revitalisacion linguistica a partir de l’escrich en s’apojant sul cas de l’occitan, a partir tanben dels efièches dirèctes o indirèctes induches per la mesa en aplicacion de la Carta europenca de las lengas regionalas o minoritàrias del Conselh d’Euròpa.

Conférence DMOO

Ostal d’Occitània (11, rue Malcousinat, M° Esquirol)

Mercredi 10 octobre 2012 – 18:30

Alain VIAUT (CNRS)

Langues minoritaires et espace en Europe : les marges linguistiques territoriales

Les langues minoritaires en Europe, ou celles qui y sont en situation minoritaire, entrent dans plusieurs catégories. De celle qui relève du statut légal et qui comprend des langues qui bénéficient d’un régime d’officialité à celles qui ne font l’objet que d’une protection symbolique. Parmi les autres catégories, il en est une qui, liée au paramètre spatial, embrasse des langues à implantation territoriale « historique » ou encore celles qui sont identifiées comme étant « dépourvues de territoire ». Le lien à un territoire, certes relatif et en évolution de nos jours, connaît des sous-catégories dont celle de la marge territoriale.

La marge linguistique territoriale, par rapport à une frontière politique, dans le continuum d’une aire de langue centrée ailleurs, peut être caractéristique d’une expression linguistique en particulier (par ex. l’alsacien, dialecte en quête d’identité) comme être le lot de nombreuses langues à divers degrés (par ex. le catalan en Aragon et en France, l’italien en Suisse, l’allemand en Italie). La situation marginale étant par elle-même pourvoyeuse de minorisation, elle peut également être à l’origine soit d’un mouvement identitaire visant à gommer cet effet de marge (par ex. le moldave se rapprochant du giron roumain) soit à la base d’une autonomisation linguistique (par ex. les cas complexes du carélien en Russie et du kven en Norvège par rapport au finnois, ou aussi du ruthène). La marge territoriale peut ainsi favoriser des processus d’élaboration linguistique mais elle peut également favoriser un déclin (par ex. le slovène en Autriche) ou être une référence positive pour le reste du domaine linguistique concerné (par ex. l’occitan dans le Val d’Aran). Dans tous les cas, la configuration et l’histoire propre de la marge ont une incidence significative sur la vie d’une langue minoritaire, soit que celle-ci y trouve un contexte moins propice que dans le reste de son aire soit qu’elle y trouve des conditions parfois plus favorables.

Alain Viaut est linguiste, chercheur au CNRS. Il est méqoquin et bordelais, et occitanophone. Il s’est surtout spécialisé dans le champ disciplinaire de la sociolinguistique. Ses recherches portent en particulier sur la thématique des langues en situation minoritaire, notamment autour de notions qui leur sont applicables (territoire et marge linguistiques, catégorisation, besoin linguistique, etc.). Il s’est également intéressé aux processus de revitalisation linguistique à partir de l’écrit en prenant appui sur le cas de l’occitan, à partir aussi des effets directs ou indirects induits par la mise en application de la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires du Conseil de l’Europe.