Archius mensuals: décembre 2014

Nòus noms de domeni / New domain names

(OCCITAN)

Gràcias a una idèa de Joan Francés Blanc, ara un sit web occitan pòt aver un nom de domeni .òc.eu. E mai nos poscatz encara trobar a revistadoc.com, las adreiças revistadòc.òc.eu lingüistica.òc.eu son tanben disponiblas.

(ENGLISH)

Thanks to a Joan Francés Blanc’s idea, now an Occitan website can have an .òc.eu domain name. Although you still can find us at revistadoc.com, the directions revistadòc.òc.eu and lingüistica.òc.eu are also available.

Dimècres Universitaris Occitans: Rémy Gasiglia

Dimècres 10 de decembre de 2014 – 18:30

DUO (Dimècres Universitaris Occitans, ex-DMOO)

Ostal d’Occitània, 11 carrièira Malcosinat, 31000 Tolosa (M° Esquiròl)

Rémy GASIGLIA (Universitat Niça Sòfia Antipòlis)

Rescontre amb un poèta d’òc doblidat : l’edicion de las Œuvres nissardes de Loís Andrioli (1766-1838)

Loís Andrioli es citat pels istorians de la literatura occitana, una carrièira de Niça pòrta son nom, mas son òbra e sa destinada pauc comuna son generalament mesconegudas. d’un paire vengut dels Grisons e d’una maire nissarda originària d’Utèla, nasquèt a Sospèr en 1766 e moriguèt a Turin en 1838. Aquel oficièr del reialme de Sardenha, que combatèt en 1793 sus l’Aution e acabèt sa carrièira jos la Restauracion amb lo grade de coronèl, foguèt academician, poèta e dramaturg en lenga italiana. Compausèt tanben, dins lo niçard de la debuta del sègle XIX, de vèrses demorats per l’essencial inedits pendent près de dos sègles.

La partida dialectala de son òbra, conservada a la Bibliotèca reiala de Turin, compren lo recuèlh cortet de las Poesio nissardei e mai que mai l’epopèia en sièis cants entitolada Segurano (1832), version nissarda del poèma en italian qu’aviá consagrat vint e sèis ans mai d’ora a l’eroïna del sèti de Niça per las tropas franco-turcas en 1543.

D’una vasta cultura classica, grand legeire del Tasso e de l’Ariòsta, mas sensible a l’actualitat literària de son temps, Andrioli se situa al caireforc de las literaturas italiana e francesa. Tot en manifestant dins sos tèxtes un amor de son país natal e de sa lenga mairala qu’un aluenhament fòrça long aviá pas pogut entamenar, participèt de Turin estant a la segonda renaissença de las letras d’òc e forniguèt al patrimòni literari niçard una contribucion qu’es pas de negligir e que l’edicion de Rémy Gasiglia (Acadèmia nissarda, 2013, CLXXXVII-396 p.) volriá tirar de l’oblit.

Rémy GASIGLIA es professor de lenga e de literatura d’òc a l’Universitat Niça Sophia Antipolis. Membre del Centre Transdisciplinari d’Epistemologia de la Literatura, consagra sos trabalhs de recerca a las letras occitanas de l’edat barròca al jorn de uèi.

 

 

Mercredi 10 décembre 2014 – 18:30                                                                                    (FR)

DUO (Dimècres Universitaris Occitans, ex-DMOO)

Ostal d’Occitània, 11 rue Malcousinat, 31000 Toulouse

Rémy GASIGLIA (Université Nice Sophia Antipolis)

Rencontre avec un poète d’oc oublié : l’édition des Œuvres nissardes de Louis Andrioli (1766-1838)

 

Louis Andrioli est cité par les historiens de la littérature occitane, une rue de Nice porte son nom, mais son œuvre et sa destinée peu commune sont généralement méconnues. D’un père venu des Grisons et d’une mère niçoise originaire d’Utelle, il naquit à Sospel en 1766 et mourut à Turin en 1838. Cet officier du royaume de Sardaigne, qui combattit en 1793 sur l’Authion et termina sa carrière sous la Restauration avec le grade de colonel, fut académicien, poète et dramaturge en langue italienne. Il a également composé, dans le nissart du début du XIXe siècle, des vers restés pour l’essentiel inédits pendant près de deux siècles.

 

La partie dialectale de son œuvre, conservée à la Bibliothèque royale de Turin, comprend le court recueil des Poesio nissardei et surtout l’épopée en six chants intitulée Segurano (1832), version nissarde du poème en italien qu’il avait consacré vingt-six ans plus tôt à l’héroïne du siège de Nice par les troupes franco-turques en 1543.

D’une vaste culture classique, grand lecteur du Tasse et de l’Arioste, mais sensible à l’actualité littéraire de son temps, Andrioli se situe au carrefour des littératures italienne et française. Manifestant dans ses textes un amour de son pays natal et de sa langue maternelle qu’un très long éloignement n’avait pu entamer, il participa depuis Turin à la seconde Renaissance des lettres d’oc et fournit au patrimoine littéraire nissart une contribution non négligeable que l’édition de Rémy Gasiglia (Acadèmia nissarda, 2013, CLXXXVII-396 p.) voudrait tirer de l’oubli.

 

Rémy GASIGLIA est professeur de langue et de littérature d’oc à l’Université Nice Sophia Antipolis. Membre du Centre Transdisciplinaire d’Épistémologie de la Littérature, il consacre ses travaux de recherche aux lettres occitanes de l’âge baroque à nos jours.